Les Risques des Prothèses Mammaire

Les complications opératoires liées à l’insertion d’implants lors de l’opération d’augmentation mammaire peuvent être de plusieurs ordres.

Les risques des implants mammaire - Les coques

 

Il existe une réaction physiologique, normale et constante de l’organisme à la présence d’un corps étranger. Une membrane fine et imperceptible se forme autour de la prothèse mammaire. Cette membrane peut s’épaissir dans les cas rares, estimés de 3% à 5%, formant une capsule autour de la prothèse. Coques prothèses mammairesCe phénomène se produit avec tous les corps étrangers. Il existe des cas où cette membrane devient plus épaisse: l’organisme tente «fortement» d’isoler la prothèse. On appelle ce phénomène une coque ou une capsule.

Il existe 4 grades de capsules : de 1, où le sein est un petit peu plus dur que la normale, jusqu’à 4 où le sein est complètement dur parfois douloureux et inesthétique. Dans cette capsule se créent petites fibres contractiles, c’est-à-dire qu’elle se referme autour de la prothèse, comme si elle voulait l’expulser de l’intérieur, l’écraser. Dans les cas sévères, cette capsule devient dure et peut déformer l’implant qui devient visible et dur au toucher, nécessitant une nouvelle intervention pour retirer la coque et changer la prothèse. Il n’y a pas de raison bien connue à ce phénomène, on ne peut pas le prévoir à l’avance. Certains germes de la peau et de la glande, les saignements augmentent le risque. Le pourcentage de coques est très variable selon les études publiées.

Cette complication imprévisible peut toucher un sein ou les deux. Il arrive souvent que certaines femmes aient une coque sur un sein et pas sur l’autre ou un côté très dur et l’autre moins. Il n’y a aucune règle absolue. L’amélioration de l‘étanchéité des prothèses mammaires et des techniques chirurgicales ont diminué leur fréquence. Il est évident que ce risque reste assez faible pour continuer à pratiquer cette intervention qui est une des plus fréquentes en chirurgie esthétique.

Il convient donc d’informer la patiente qui doit prendre sa décision en connaissance de cause. Si une coque de stade 3 ou 4 apparaît, on propose de réopérer. L’intervention consiste à ouvrir la coque, (capsulotomie) et changer la prothèse qui reprend alors sa place. Si la coque est très épaisse, on devra en plus enlever ce tissu épais pour éviter les récidives (capsulectomie).

A noter que le problème de la prise en charge financière de ces coques n’est pas établi de manière générale. Dr Philippe Bellity prévient toujours ses patientes qu’une réintervention pour coque comporte des frais (mais il ne demande pas d’honoraires pour l’acte chirurgical). Néanmoins, la clinique et les autres frais seront à la charge de la patiente et représentent une somme aux alentours de 1500 euros.

 

Les risques des implants mammaire - Les plis ou vagues

 

Plis implants mammairesFormation de « plis » ou aspect de « vagues » : les implants étant souples, il est possible que leur enveloppe se plisse et que ces plis soient perceptibles au toucher. Parfois il s’agit en réalité d’une coque ayant diminué la place de l’implant. Les vagues visibles sous la peau se rencontrent surtout chez les patientes maigres et sur la partie inférieure de la prothèse non recouverte par le muscle. L’injection de graisse pour tapisser la peau peut être une solution. On peut également décider d’utiliser cette technique d’emblée, si la patiente est très maigre. De nouvelles prothèses, un peu plus remplies, ou surtout les implants recouverts de polyuréthane, évitent ces problèmes chez les patientes minces.

Les plis se manifestent par un bord dur et palpable de la prothèse le plus souvent dans la partie inférieure du sein. Il alerte la patiente qui ressent le pli comme une « boule » qui l’inquiète. Si une loge est au départ trop petite pour la prothèse, il apparaît rapidement. La prothèse qui n’a pas suffisamment de place se plie sur elle-même. Il se peut aussi qu’avec la formation d’une petite coque, de stade 2 par exemple, la prothèse n’ait plus assez d’aisance et qu’un pli se crée. La décision de réopérer se fait si la patiente est gênée ou si le pli est très visible chez les femmes maigres le plus souvent, car il n’y a pas de conséquence particulière.

Les vagues: quelques ondulations sont parfois visibles sous la peau correspondant à la prothèse. Cela concerne souvent un manque d’épaisseur de glande ou de graisse à l’occasion d un amaigrissement. On peut envisager un changement de prothèse avec un gel plus cohésif sans garante de résultat ou plus récemment une auto greffe de graisse qui permet d’en masquer les contours.

 

Les risques des implants mammaire - Les fissures ou ruptures

 

Fissures implants mammaires

Fissures ou ruptures : les prothèses subissent naturellement un processus d’usure. Au bout de quelques années, une fissure de la membrane sans signe apparent peut survenir et être décelé à l’occasion d’une mammographie de contrôle. Le gel de silicone peut alors être visible en dehors de la membrane mais est maintenu en place dans la capsule. La fissure peut aussi se manifester par un gonflement anormal du sein qui subit une réaction inflammatoire œdémateuse par accumulation de liquide autour de la prothèse. Depuis 10 ans, les prothèses sont constituées de gel cohésif et le risque de diffusion du produit dans l’organisme est maintenant éliminé. La prothèse sera remplacée mais il n’y a pas d’urgence. Pour les prothèses remplies de serum physiologique, la fissure réalise un dégonflement brutal et important du sein qui nécessite une réintervention rapide, car mal supportée psychologiquement.

Rupture de la prothèse : certes, la membrane de la prothèse s’use avec le temps, elle devient un plus poreuse et peut se rompre. La rupture peut concerner la membrane de la prothèse et le gel reste à l’intérieur de la capsule (rupture intracapsulaire), où la rupture peut amener le gel à sortir de la capsule (rupture extracapsulaire).

Ceci est visible à la radio. Il est possible que vous remarquiez certains changements qui peuvent vous alerter d’une rupture de votre prothèse: un gonflement, une douleur, une chaleur peuvent être le signe d’une réaction inflammatoire due à la sortie du silicone. Il peut n’y avoir aucun signe et que ce soit une découverte à la mammographie. Une fois la rupture diagnostiquée il faut changer la prothèse des que possible sans que ce ne soit une urgence au jour près.

 

Les risques des implants mammaire - Malposition et rotation

 

Malposition : un mauvais positionnement ou un déplacement secondaire des implants, affectant alors la forme de la poitrine, peut parfois justifier une correction chirurgicale. Le plus important est la surveillance post opératoire du positionnement de la prothèse. En effet, les prothèses placées sous le muscle ont une tendance à remonter car leur loge a une forme d’entonnoir. Le port d’une bande simple ou accrochée au soutien gorge fournit par le Dr Philippe Bellity garantit le bon positionnement de la prothèse pendant les premiers 15 jours. Apres ce délai, la prothèse est immobilisée en bonne position. En cas de déplacement, un repositionnement est possible au cabinet à l’aide de bandes Velpeau, car la prothèse est encore mobile, d’où l’importance d’un bon suivi les deux premières semaines.

Malposition et rotation implant mammaire

Un mauvais positionnement de l’implant peut donner un résultat peu esthétique. Les problèmes qui peuvent se présenter sont:

  • choix d’une prothèse trop petite donnant un espace trop important entre les seins avec aspect de seins écartés,
  • prothèse placée trop haute donnant un bombé peu naturel,
  • implant placé devant le muscle chez une patiente mince laissant apparaitre les contours,
  • placement asymétrique de la prothèse,
  • réaction périprothétique ou “coque” donnant un aspect figé et un toucher trop ferme,
  • insatisfaction sur la taille de l’implant : soit trop petit et la déception apparaît après dégonflement des œdèmes au bout d’un mois soit encore plus mal vécue une prothèse trop grosse impliquant une mauvaise acceptation de l’image corporelle.

Rotation : bien que rare en pratique, le pivotement d’une prothèse « anatomique » reste théoriquement possible et peut affecter le résultat esthétique. Cette complication n’existe évidement pas avec une prothèse ronde.

En savoir plus sur l’augmentation mammaire

Tout connaître sur les procésures de chirurgie mammaire pratiquées par le Dr.Bellity à Paris.

FRENCHLIFT by DR PHILIPPE BELLITY

La technique du FRENCHLIFT ® est une intervention mise au point par le Docteur Philippe Bellity pour minimiser les actes chirurgicaux et apporter au relâchement de l’ovale du visage. Le principe du FRENCHLIFT ® est une remontée (lift) des tissus du bas du visage qui se sont affaissés avec le temps. Les résultats sont très naturels, les patientes disent « retrouver leur visage d’avant». Le but du FRENCHLIFT® est de remonter et de fixer les tissus de la joue, en minimisant le plus possible l’importance de l’intervention. L’utilisation de fils autobloquants pour suturer les tissus profonds améliore considérablement la rapidité et la précision du résultat. Cette technique n’a pas de rapport avec la technique de pose de fils crantés « non chirurgicale ».Le FRENCHLIFT® est associé, si nécessaire, à une «micro-liposuccion» de la graisse de la bajoue et sous le menton. Une petite cicatrice est dissimulée sous la patte des cheveux avec une prolongation à l'intérieur de l'oreille.

 

CICATRISATION AVEC URGOTOUCH

Le Dr. Bellity est équipé de la nouvelle innovation des laboratoires Urgo, UrgoTouch : Une technologie laser unique pour tous ceux qui souhaitent une plus belle cicatrice après leur intervention de chirurgie esthétique.Dr. Bellity qualifié et spécifiquement formé à ce type d’intervention, utilisera les meilleures techniques chirurgicales et technologies pour vous permettre d’optimiser le résultat cicatriciel. Le traitement de la cicatrice avec le laser UrgoTouch se réalise au bloc opératoire à la fin de l’acte une fois la suture chirurgicale terminée. Encore sous anesthésie, vous n’éprouverez aucune douleur.