REDUCTION DES SEINS VOS QUESTIONS

REDUCTION DES SEINS VOS QUESTIONS PedroLee 24 juillet 2014

AVANT L’INTERVENTION

Un bilan pré-opératoire habituel est réalisé conformément aux prescriptions. Le médecin anesthésiste sera vu en consultation au plus tard 48 heures avant l’intervention. Outre les examens pré-opératoires habituels, un bilan radiologique du sein est prescrit (mammographie, échographie). L’arrêt du tabac est grandement recommandé, au moins un mois avant et un mois après l’intervention (le tabac peut créer un retard de cicatrisation). L’arrêt d’une éventuelle contraception orale peut être requis, notamment en cas de facteur de risques associés (obésité, mauvais état veineux ; trouble de la coagulation). Aucun médicament contenant de l’aspirine ne devra être pris dans les 10 jours précédant l’intervention.

TYPE D’ANESTHÉSIE :

Il s’agit d’une anesthésie générale.

MODALITÉS D’HOSPITALISATION :

Une hospitalisation de un à deux jours est habituellement nécessaire.

L’INTERVENTION

Chaque chirurgien adopte une technique qui lui est propre et qu’il adapte à chaque cas pour obtenir les meilleurs résultats. Toutefois, on peut retenir des principes de base communs : les tissus enlevés sont systématiquement adressés à un laboratoire spécialisé pour être examinés au microscope (examen histologique). En fin d’intervention, un soutien gorge spécialement conçu est mis en place. Un pansement spécial (LUMIDERM) hermétique qui nourrit les cicatrices est placé pour permettre les douches dès le lendemain. L’intervention dure environs entre 1h30 et 2 heures.

APRÈS L’INTERVENTION : LES SUITES OPÉRATOIRES

Les suites opératoires sont en général peu douloureuses, ne nécessitant que des antalgiques simples. Un gonflement (œdème) et des ecchymoses (bleus) des seins, ainsi qu’une gêne à l’élévation des bras sont fréquemment observés. La sortie a lieu un à deux jours après l’intervention, puis la patiente revient une semaine plus tard pour une consultation. Le port du soutien-gorge médical est conseillé pendant environ un mois, nuit et jour. Les fils de suture sont résorbables, il n’y a pas à les retirer. Il convient d’envisager une convalescence et un arrêt de travail d’une durée de 8 à 15 jours. On conseille d’attendre deux mois pour reprendre une activité sportive.

LE RÉSULTAT

Il ne peut être jugé qu’à partir d’un an après l’intervention : la poitrine a alors le plus souvent un galbe harmonieux, symétrique ou très proche de la symétrie, et naturel. Au delà de l’amélioration locale, cette intervention a en général un retentissement favorable sur l’équilibre du poids, la pratique des sports, les possibilités vestimentaires et l’état psychologique. Une féminité retrouvée et acceptée améliore la qualité de vie de manière certaine

Si les résultats sur la taille le galbe et le confort de la patiente sont la règle générale, les cicatrices sont de qualité variable dépendant des capacités de cicatrisation individuelles. Au bout d’un an, une visite de contrôle peut être envisagée pour juger de la qualité des cicatrices. Une retouche des cicatrices peut être envisagée, si nécessaire.

LES COMPLICATIONS

Les complications inhérentes à l’anesthésie générale sont discutées au cours de l’entretien avec le médecin anesthésiste. Les infections sont très rares. Les hématomes peuvent survenir dans les suites immédiates et peuvent nécessiter un drainage chirurgical. La nécrose peut survenir surtout chez les tabagiques ou les diabétiques mais sont très rares avec les techniques modernes.

Les cicatrices hypertrophiques ou chéloïdes surtout chez les patientes noires ou asiatiques sont à envisager avant d’opérer, leur survenue n’est pas toujours prévisible, leur traitement est difficile et peuvent compromettre le résultat esthétique.